« Le patriotisme n’est pas un gros mot »

Au Puy-en-Velay, François Fillon a prononcé un discours sur l'identité française. Extrait :

Capture d’écran 2017-04-16 à 20.15.57"[…] Notre pays c’est des paysages, des traditions, une langue, une littérature, une culture, un drapeau, des institutions, des valeurs, des souvenirs partagés… 

Tout cela forge une âme, une poésie française, ce que je nommerai une musique intérieure. Mais par dessus tout, il y a cette certitude que la France n’est pas un fait clinique. « Une certaine idée de la France », disait de Gaulle. Je crois qu’au cœur de cette « idée », il y a chez les Français l’instinct de la liberté et de la grandeur.

Regardez la devise au fronton de nos édifices publics et regardez celles des autres nations. Ces dernières parlent de Dieu ou de l’unité du pays mais nous, nous proclamons « Liberté, égalité, fraternité ». Nous choisissons pour devise des mots qui portent un message universel. Et c’est bien ce qui nous caractérisent : cette idée que nous sommes une avant-garde, que nous ambitionnons d’émanciper le monde.

Parce que « Liberté Egalite Fraternité », ce ne sont pas des règles de management! La liberté, c’est Jeanne d’Arc, Lucie Aubrac, Germaine Tillion, le Général de Gaulle !

L’égalité, c’est Olympe de Gouges, Rousseau, Jules Ferry !

La fraternité, c’est l’abbé Pierre, ce sont les médecins sans frontière !

Nous sommes ainsi. Et pas seulement depuis la Révolution française mais déjà à Bouvines quand le petit royaume de France se dressa contre les empires coalisés avec cet esprit de résistance chevillé au corps. Voilà pourquoi le patriotisme n’est pas un gros mot. Voilà pourquoi il faut valoriser ce qui nous rassemble en tant que citoyens plutôt que ce qui nous distingue en tant qu’individus, il faut que l’École assume sa vocation unificatrice, il faut relancer l’intégration et l’assimilation. […]"

Laisser un commentaire