Jean-Marie Le Pen renonce à présenter un candidat face à Marine Le Pen

Jean-Marie Le Pen, Carl Lang et Alain Escada, présidents respectifs des Comités Jeanne, du Parti de la France et de Civitas, comptent présenter ensemble 150 à 200 candidats pour les législatives. Une candidate devait se présenter pour cette alliance à Hénin-Beaumont. Suite à l'annonce de la candidature de Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen a fait retirer hier soir une candidature aux législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

Invitée hier soir sur TF1, Marine Le Pen a reconnu la médiocrité de son intervention lors du débat de l'entre-deux tours :

Capture d’écran 2017-05-19 à 07.38.56«Oui, je serai candidate dans ma circonscription de Hénin-Beaumont. Je n'imaginais pas ne pas être à la tête de mes troupes dans une bataille que je considère comme fondamentale»

«Évidemment, j'ai bien conscience que le sujet de l'euro a inquiété considérablement les Français, et même, il faut bien le dire, de manière presque irrationnelle. Mais c'est un fait. Et nous allons devoir en tenir compte».

«Et puis, incontestablement, il y a eu ce débat, qui a été raté. Il faut le dire. Moi, je le dis très clairement. J'ai fait un choix. J'ai souhaité mettre en lumière les très grandes craintes que je nourrissais et que je nourris toujours à l'égard de la politique que va mener Emmanuel Macron.» «Je l'ai fait avec fougue, je l'ai fait avec passion. Peut-être trop de fougue, trop de passion. Je sais que certains n'attendaient pas cela. Dont acte».

Au Front national, les plus réalistes tablent désormais sur une quinzaine d'élus. Parmi les candidats investis dans les circonscriptions les plus «gagnables», les soutiens de Philippot sont largement représentés. En janvier dernier, l'Ifop réalisait pour le Figaro une analyse inédite sur les rapports de forces internes au FN. L'aile menée par Marion Maréchal-Le Pen était préférée par 52% des frontistes interrogés. L'aile représentée par Florian Philippot avait obtenu 29 % de soutiens. Les 19% restants avaient déclaré refuser de trancher et n'avoir de préférence que pour Marine Le Pen. En se basant sur les résultats obtenus ces cinq dernières années, une grosse quarantaine de circonscriptions semblent – mathématiquement – à portée d'une conquête frontiste. Marine Le Pen y a fait plus de 50% des voix le 7 mai dernier. Parmi celles-ci, la «tendance Philippot» est largement représentée à hauteur de 45% des candidats environ : Damien Philippot dans l'Aisne, Eric Richermoz dans la Somme, Kevin Pfeffer ou encore Marie-Amélie Dutheil-de-la-Rochère en Moselle. Les partisans de la ligne Marion ne seraient que 31,5% des candidats.

Laisser un commentaire