Le succès rencontré par la Marche pour la vie ne faiblit pas et la flamme se transmet

Lu dans Famille Chrétienne :

Sans-titre"Année après année, le succès rencontré par la « Marche pour la vie » ne faiblit pas et la flamme se transmet.

Outre la joie qui se dégageait de cette 11e édition de la « Marche pour la vie », en cet après-midi du 22 janvier, on ne pouvait qu’être frappé par sa jeunesse. Volontaires, intervenants mais surtout manifestants : énormément d’enfants, d’adolescents, de lycéens, d’étudiants, de jeunes familles, parmi les dizaines de milliers de manifestants (50 000 selon les organisateurs) qui défilaient entre la place Denfert-Rochereau et la place Vauban. On aurait pu imaginer que, douze ans après sa première édition en 2005, et alors que celle de 2016 avait dû être annulée pour des raisons de sécurité liées au terrorisme, le rendez-vous annuel du mouvement « pro-vie » français allait s’essouffler, et finir par ne rassembler que quelques « vieux nostalgiques » arc-boutés sur des « combats d’un autre temps ». Or il n’en est rien : quarante-deux après la loi Veil, les opposants à l’avortement et à sa banalisation continuent de battre le pavé dans des proportions tout sauf symboliques, portés par un enthousiasme et un dynamisme qui ne peuvent laisser personne indifférent, surtout s’agissant d’un sujet si grave. Comment expliquer un tel succès ?

La première raison réside dans la démographie des militants pro-vie et la transmission qui est en train de se faire, d’une génération à l’autre. « Ceux qui se sont battus il y a quarante

Lire la suite de l'article

Robert Ménard : « N’écoutez plus les journalistes, essayez de vous renseigner directement par des médias alternatifs »

Réaction de Robert Ménard à propos des manifestations et désinformations en série des médias à l'occasion de l'investiture de Donald Trump :

Robert_Ménard_Meeting_-0664_(cropped)"Je serai ravi demain que quelqu'un qui ressemble à Donald Trump gagne en France aussi (…). Donald Trump va défendre des intérêts des États-Unis, il vient de le dire, il est le président des États-Unis. Ce dont on a besoin ici, dans chacun de nos pays européens, c'est des gens qui défendent les intérêts de leur pays — en France quelqu'un qui défend les intérêts de la France (…) Ce sera compliqué pour les pays mais ce sera clair, net, précis et c'est cette politique que je souhaite  (…)

Les gens manifestent, ils ont le droit de manifester (…). Mais enfin attendez : imaginez un instant que quand M. Obama a été élu, le jour même de son intronisation aux États-Unis et le lendemain en France on ait manifesté. Mais on aurait dit : comment ! Vous contestez la démocratie ! En plus avec M. Obama on aurait dit : vous êtes des racistes ! Et là qu'est-ce qu'ils font ? Ils contestent la démocratie. Il n'y a pas eu d'élection ? Il y a un résultat, il n'a pas fait un hold-up électoral, il n'a pas fait un coup d'État (…)

Sans-titreLes médias américains comme les médias français, ils défendent des politiciens en place, ils défendent la façon dont la politique se fait aujourd'hui en France ou aux États-Unis. Donc je dis aux Français qui seraient inquiets (…) : n'écoutez plus les journalistes, essayez de vous renseigner directement par des médias alternatifs,

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 24 janvier…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 24 janvier 772 : mort du pape Etienne III.
  • le 24 janvier 817 : mort du pape saint Etienne IV.

Voir la chronique du 5 octobre.

  • le 24 janvier 1059 : élection du pape Nicolas II.
  • le 24 janvier 1076 : l'empereur romain germanique Henri IV destitue le pape, saint Grégoire VII, lequel excommunie et dépose Henri IV, ce qui déclenche la rébellion de ses vassaux, libérés de leur serment de fidélité.

Depuis quelques années, un mouvement réformateur dit "grégorien" vise à redresser l'Église. Il s'oppose aux clercs simoniaques (qui ont acquis leurs fonctions à prix d'argent), aux prêtres concubins et au principe d'investiture laïque selon lequel les princes nomment les abbés et les évêques, leur attribuant souvent un fief. Ce système a pour conséquence de féodaliser les prélats, qui deviennent des vassaux de l'empereur. En réponse au décret du pape Grégoire VII qui supprime ce système, le roi germanique Henri IV le fait déposer. Le pape réplique à son tour en excommuniant l'empereur.

  • le 24 janvier 1110 : l'armée musulmane est écrasée à la bataille de Valtierra, en Espagne.
  • le 24 janvier1118 : élection papale de Jean de Gaète, sous le nom de Gélase II.
  • le 24 janvier 1439 : le pape Eugène IV et le patriarche Joseph de Constantinople se rencontrent à Ferrare.
  • le 24 janvier 1456 : pose de la première

Lire la suite de l'article

Le PS pris la main dans l’urne

Après les intox aux faux diplômes, après les faux chiffres de Manifs Pour Tous, après les faux chiffres sur le chômage, après…, voici les faux chiffres de la primaire socialiste :

"C'est un incroyable aveu qu'a fait le président du Comité national d'organisation de la primaire à gauche (Cnop), Christophe Borgel. Auprès de Libération, le député socialiste concède ce lundi 23 janvier… que les résultats du premier tour de la primaire ont été manipulés. Objectif de la manoeuvre ? Pouvoir revendiquer une belle participation avant que les chiffres ne l'accréditent.

Laurent de Boissieu a fait le calcul, les résultats ont visiblement été trafiqués :

Lire la suite de l'article

Double délit d’entrave dans un seul article du Quotidien du Pharmacien

Dans cet article :

1. L'IVG médicamenteuse provoque "des nausées (70 %), des vertiges (42 %), des céphalées (42 %), les diarrhées (37 %) et les vomissements (28 %)"

L’IVG médicamenteuse n’est en aucun cas un acte anodin, comme le confirment les résultats d'une enquête. Une étude qui comprend deux volets : un volet scientifique, mené par l’INSERM auprès de 453 femmes dans 11 centres d’IVG de France, et un volet sociologique, conduit par l’Université de Nantes, dans les centres d’IVG de Nantes. 

D’après l’étude menée par l’INSERM, la fatigue est l’effet secondaire le plus fréquent (88 %), puis viennent les nausées (70 %), les vertiges (42 %), les céphalées (42 %), les diarrhées (37 %) et les vomissements (28 %). Au total, 94 % des femmes ont déclaré au moins l’un de ces symptômes – autre que la douleur – dans les cinq jours qui ont suivi l’IVG. En ce qui concerne l’intensité de la douleur, 27 % des femmes indiquent avoir ressenti des douleurs très intenses le 3e jour, soit près d’une patiente sur trois.

2. "L’IVG est un moment compliqué, dramatique parfois"

Si le choix peut être très clair pour certaines femmes, d’autres se retrouvent dans l’incertitude, face aux questionnements, aux doutes. (…) " L’IVG est un moment compliqué, dramatique parfois…"

Les faits sont têtus.

Lire la suite de l'article

Couper les subventions au Planning familial, c’est possible

Donald Trump vient de le faire :

"Donald Trump a signé aujourd’hui, au lendemain du 44e anniversaire de l’arrêt Roe contre Wade qui avait légalisé l’avortement, un décret interdisant le financement par des fonds fédéraux d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement. Au premier rang : la fédération internationale du Planning familial. 

De sorte que l’avortement ne sera plus une exportation américaine, comme soulignent les militants pro-vie, qui saluent cette première décision. Cette interdiction, dite « Politique de Mexico City » (parce qu'elle avait été annoncée lors de la conférence de l'ONU sur la population tenue dans cette ville), avait été décrétée par Ronald Reagan en 1984. Elle avait été supprimée par Bill Cinton en 1993, rétablie par George W. Bush en 2001, puis de nouveau supprimée par Barak Obama en 2009.

Donald Trump a signé ce jour deux autres décrets : l’un qui retire les Etats-Unis du Partenariat Trans-Pacifique (ce qui signe l’arrêt de mort de cet accord de libre échange négocié pendant des années par Obama), l’autre qui gèle les embauches dans tous les organismes fédéraux à l’exception des armées.

D’autre part, rencontrant des chefs d’entreprises, Donald Trump a déclaré qu’il allait supprimer 75% des réglementations, peut-être davantage, tout en prenant soin de la protection sociale et environnementale."

Y a-t-il un candidat en France pour suivre cet exemple ?

Lire la suite de l'article

Sœur Lucie « La bataille finale entre Dieu et Satan portera sur la famille »

Au lendemain de cette magnifique Marche pour la Vie, Cyril Brun sur Infocatho rappelle opportunément cet entretien du cardinal Caffarra, président fondateur de l’Institut pontifical Jean Paul II d’études sur le mariage et la famille, à Téléradio en 2008. Le cardinal cite une lettre que lui avait écrite Soeur Lucie de Fatima :

Jean-paul-ii-et-soeur-lucie-1

"On peut trouver écrit dedans : « La bataille finale entre le Seigneur et le royaume de Satan portera sur le mariage et la famille ». Elle ajoute également : « N’ayez pas peur : tous ceux qui travaillent à la sainteté du mariage et de la famille seront toujours combattus et l’on s’opposera à eux de toutes les façons possibles, parce que ce sont des points décisifs ». Enfin, elle conclut : « Toutefois, Notre Dame lui a déjà écrasé la tête »."

[Article intégral ici]

Lire la suite de l'article

Sociologie et religion : « Qui sont les Catholiques ? »

Lu dans Le Petit Daudet, journal de la Ligue du Sud :

Capture d’écran 2017-01-20 à 18.28.02"Jeudi 12 janvier 1017, le journal La Croix a publié une enquête sur « Le vrai visage des catholiques », à la demande du groupe Bayard. Cette étude a été menée par les so- ciologues Yann Raison de Cleuzion et Philippe Cibois.

La volonté d’identifier des profils types de catholiques à travers un prisme sociologique est extrêmement complexe car par essence la foi et la sociologie n’embrassent pas les mêmes réalités. L’écueil des caricatures et de l’approximation de ces profils est grand et c’est dans ce dernier que ce rapport échoue. Ainsi, il est intéressant de noter qu’un « catholique observant » pense qu’être catholique « c’est rechercher la sainteté afin d’être digne de ce salut », alors que pour un « catholique conciliaire » être catholique, c’est : « rompre avec la logique exclus/ayant droit ; la transcendance se découvre, pour eux, dans la communion avec les hommes ». Il semblerait donc que les catholiques observants ne cherchent pas à rompre avec « logique exclus/ayant droit » ou que les catholiques conciliaires ne cherchent pas la Sainteté… Le caractère des « familles de catholiques » identifiées par le rapport est dès lors réducteur.

Entre crise identitaire et recherche de repères, un paradoxe considérable ressort de ce rapport. Une majorité de personnes qui se réclament du catholicisme n’en adopte ni la foi intégrale, ni les rites et sacrements et d’ailleurs n’éprouve ni le besoin ni le désir

Lire la suite de l'article