Loi Veil et immigration : le suicide français

Me Frédéric Pichon fait le lien :

"[…] Il serait vain de blâmer ces populations fuyant la misère et la guerre, si les Français et les Européens ne sont pas animés par un profond respect pour la vie humaine et une politique familiale vigoureuse et ne renoncent pas à un consumérisme hédoniste et individualiste.

En d’autres termes, un patriote sincère ne peut être cohérent s’il ne défend pas vigoureusement la vie qui repose sur l’union d’un homme et d’une femme en même temps qu’il défend les remparts de sa cité.

« Honore les dieux, aime ta femme et défends ta patrie » : tels étaient les mots d’Hector de Troie défendant les murs de la cité contre les envahisseurs qui y étaient entrés par ruse.

La famille est, en période de crise, le principal lieu de résistance aux totalitarismes mondialiste et niveleur, parce qu’elle transmet naturellement un héritage, une éducation, une langue… Elle est le premier lieu vital dans lequel les personnes s’enracinent et le premier rempart de notre identité et de nos libertés.

Soit la France et l’Europe renouent avec leur identité profonde par une politique familiale énergique et la réhabilitation d’une figure virile de l’homme et elles sortiront du chaos.

Soit, gavée de subventions au Planning familial, à la Gay Pride et idôlatrant Conchita Wurst comme icône de l’homme nouveau, elle sera mûre pour une dhimmitude définitive et irréversible.

Vieille Europe, tu as le choix entre la mort et la vie. Il est temps de choisir…"

« On gagnerait à avoir comme objectif une baisse du nombre d’avortements »

Sur Facebook, Pascal Gannat répond à Sophie Montel :

""On gagnerait à avoir comme objectif une baisse du nombre d'avortements", selon Eugénie BASTIE, très jeune auteur de deux livres destinés à devenir un classique de droite, ''Adieu Mademoiselle''.

Sophie MONTEL, membre du Bureau Politique du FN, député européen et présidente du Groupe FN de Bourgogne-Franche Comté, avait exprimé l'idée qu'il faudrait inscrire dans la Constitution, ''sanctuariser'' a ce sens en droit, l'avortement et la contraception, conçus comme des droits de la personne humaine.

J'avais déposé 3 Tweets sur mon compte TWITTER que j'ai retirés très rapidement, constatant qu'ils étaient utilisés par certains contre le FN et non pour le débat des idées, légitime sur ces sujets difficiles et complexes.

J'étais de plus absent à Paris, ce 1 er mai pour la première fois depuis très longtemps, du fait d'un événement familial grave.

La pression retombée, et le calme (presque) revenu, je mets en ligne cet extrait d'émission, qui donne la parole à une jeune journaliste de droite, Eugénie BASTIE, que les médias de gauche appellent déjà le ''ZEMMOUR féminin''.

Elle répond indirectement pour moi à Sophie MONTEL, refusant d'ailleurs courageusement de contredire Marine LE PEN qui à de nombreuses reprises, a dit et redit qu'il faut aider les femmes à pouvoir faire un vrai choix, en les aidant matériellement et financièrement, si ellen gardent leur enfant, et ceci par une vraie politique familiale sur la durée.

Il vaut mieux en effet aider des femmes françaises à avoir des enfants qu'importer de la natalité immigrée, migrante ou réfugiée, selon les mots divers utilisés pour désigner ce qui conduit à des problèmes insolubles socialement, et culturellement. Et sur le plan de la sécurité des Français. Sans respect et soutien de la société pour la vie, avec une priorité pour son principe, ce sont les fondamentaux de la civilisation européenne qui sont abattus et réduits à néant : je préfère ANTIGONE à CREON.

Ceci est un élément de réflexion que je livre à tous, et non pas seulement à Sophie MONTEL que j'embrasse ici confraternellement, puisque nous sommes confrères au Bureau Politique du FN."


Marie-Anne Soubré à Eugénie Bastié: "Contester… par rmc

En voulant banaliser encore plus le divorce, le gouvernement continue à déconstruire le mariage

Encore une réforme du gouvernement qui vise à déconstruire le mariage déjà dénaturé par la loi Taubira. Jean-Jacques Urvoas est le digne héritier de Christian Taubira :

"C’est par un simple amendement déposé le 30 avril auprès de la commission des lois de l’Assemblée nationale que Jean-Jacques Urvoas souhaite déclencher une révolution dans les divorces. Le ministre de la justice propose que les cas les plus simples et les plus fréquents, les séparations par consentement mutuel, puissent se faire sans passer par la justice (…)

Concrètement, lorsque les deux époux se seront mis d’accord sur les modalités de leur rupture, l’accord contresigné par l’avocat de chacune des deux parties sera enregistré chez un notaire (…)

Ce nouveau type de divorce sans juge a vocation à s’ajouter aux autres cas actuels de divorce « et à se substituer à la majorité des cas de divorce par consentement mutuel ». Bon an mal an, ce sont quelque 70 000 divorces à l’amiable qui sont ainsi prononcés par les juges des affaires familiales.

Les avocats sont plutôt opposés à cette réforme, Hugues Fulchiron, professeur de droit et spécialiste de la famille, décrypte les conséquences d’une telle réforme :

"Une telle réforme est symptomatique de ce qu’est devenu le mariage. Nous considérions jusqu’à présent que cette forme d’union engageait les époux devant la société. Il était alors logique que sa dissolution exige l’aval de la société. D’où l’intervention du juge qui, symboliquement, la représente.

Mais les choses changent, et cette vision-ci du mariage est de plus en plus mise à mal. Notamment du fait d’une aspiration croissante des individus à l’autonomie. La conjugalité est progressivement devenue l’affaire des époux, et d’eux seuls (…)

Il est vrai qu’en matière de divorce, le juge a un rôle de garde-fou. Il a notamment pour mission de s’assurer que les intérêts des deux parties sont bien pris en compte. Qui s’en assurera demain ? C’est une vraie question (…) S’il y a bien une partie à protéger lors d’un divorce, ce sont les enfants. D’abord parce qu’ils sont, du fait de leur jeune âge, particulièrement vulnérables. Ensuite parce que le divorce de leurs parents va avoir un impact profond sur leur vie à venir. Voilà pourquoi, pour moi, il serait souhaitable qu’un juge continue à veiller à ce que leurs intérêts soient bien pris en compte lors de la séparation."

Où voir le film « La résurrection du Christ » ?

Tandis que La Croix crache sur ce film (après avoir incendié la Passion de Mel Gibson puis les Cristeros… on ne se refait pas), Famille chrétienne recense les salles (environ 80) où ce film est projeté cette semaine.

Résumé du FC :

"La Résurrection du Christ est un film policier à l’envers. D’habitude, on a un cadavre sur les bras et il faut identifier les auteurs du crime. Ici, c’est le contraire. On connaît dès le départ toutes les données du drame. Ce qui manque, c’est le cadavre. Les autorités mettent la pression: il faut à tout prix et pour toujours fermer le «dossier Jésus». Pour Caïphe, l’enjeu est religieux: on ne doit plus entendre parler du Nazaréen. Pour Pilate, l’enjeu est politique: il faut maintenir l’ordre impérial, dont il est le garant."

R.jpgL'idée de départ de ce scénario fictif est excellent et malgré quelques libertés prises avec l'Evangile (l'Ascension se déroule en Galilée et non sur le Mont des Oliviers, un personnage du Christ peu convaincant…), c'est néanmoins un bon support catéchétique, une réflexion sur la foi et la raison. Le tribun romain est un vrai rationaliste -et en ce sens un personnage très contemporain- qui mène son enquête en cherchant une explication systématiquement logique aux événements. Il va être servi…

Pour la société de distribution SAJE, le succès de ce film répond au besoin d'évangéliser la culture et donc le cinéma en France, où le laïcisme a fait beaucoup de dégâts. D'autres films sont en préparation et, si l'on peut toujours critiquer la qualité cinématographique d'une oeuvre, la diffusion de films chrétiens ou d'inspiration chrétienne nous change de la culture nihiliste ou blasphématoire.

Amoris Laetitia : le préfet de la congrégation pour la doctrine de la Foi lève des ambigüités

MLe préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, a donné une conférence à l'université Francisco de Victoria à l'occasion de la présentation de son livre La famille, source d'espérance, qui vient d'être traduit en espagnol.

Interrogé sur l'attitude à l'égard des familles en situation irrégulière dont parle l'exhortation du pape François, Amoris laetitia, et plus précisément sur le fait de vivre dans la grâce de Dieu en situation de péché, le cardinal Muller a déclaré :

« Ce n'est pas possible. L'Eglise n'a pas le pouvoir de changer le droit divin, elle ne peut pas changer l'indissolubilité du mariage. On ne peut pas dire “oui” à Jésus-Christ dans l'eucharistie et “non” dans le mariage. C'est une contradiction objective ».

Le pape demande à l'Eglise de penser à la manière dont on peut intégrer ces personnes qui « savent qu'elles vivent dans une situation incorrecte mais qui désirent se rapprocher de l'Eglise ». Le cardinal Müller a précisé que, dans le cas des divorcés remariés par exemple, le « but » doit être qu'ils « se séparent de l'époux illégitime » ou qu'ils vivent toujours ensemble mais dans la chasteté, parce qu’« on ne peut justifier une situation qui va à l'encontre de la loi divine ».

Les principes non négociables sont dans le projet de Jean-Frédéric Poisson

Outre une politique d'accueil de la vie visant à faire baisser le nombre d'avortements et l'abrogation de la loi Taubira, Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire des Républicains, propose dans son projet, mis en ligne, la liberté scolaire :

P

Alain Juppé aussi impopulaire que Nicolas Sarkozy au sein de l’armée française

Lu sur le blog de Jean-Dominique Merchet :

"Alain Juppé a un problème avec les militaires. « Il n’a pas de considération pour nous », tranche un officier général cinq étoiles à la retraite, alors que les échos sont à peine plus favorables chez les industriels de l’armement. Le candidat à la primaire de la droite multiplie en effet les maladresses vis-à-vis d’un monde qui fonctionne beaucoup à l’affectif.

Dernière en date, sa sortie sur le général de gendarmerie Bertrand Soubelet, sanctionné après la publication de son livre à succès Tout ce qu’il ne faut pas dire (Plon). « Un militaire, c’est comme un ministre, ça ferme sa gueule ou ça s’en va », a ainsi tranché l’ancien Premier ministre, rapportait Le Figaro lundi. Cette déclaration a provoqué un véritable tollé sur les réseaux sociaux, alors que l’Association de soutien à l’armée française (Asaf), pas vraiment de gauche, y voit « arrogance et autisme ». Un aviateur résume l’opinion générale : « Juppé n’aura pas ma voix. Quel c… »."

Voici les propos du général (2S) Pinard-Legry président de l'Association de Soutien à l'armée française :

"(…) Non, monsieur Juppé, un officier général n’est pas un ministre qui passe d’un ministère à un autre souvent sans connaître grand-chose aux matières qu’il est amené à y traiter. Un officier général, en situation de responsabilité, possède une compétence  indiscutable et indispensable pour permettre aux dirigeants politiques (Président, ministres et élus) de prendre les meilleures décisions en toute connaissance de cause. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le général Soubelet a été auditionné !

Les militaires, y compris ceux qui appartiennent au haut commandement, ont donc le devoir de s’exprimer devant les élus et les Français avec la plus grande franchise. Refuser les analyses et les propositions de ceux qui possèdent la connaissance précise des réalités, c’est faire preuve d’un autisme qui explique sans aucun doute bien des problèmes que la France rencontre sans les traiter au fond parce que ses dirigeants ne savent pas écouter et donc comprendre et décider avec intelligence.

Dire d’autre part que : « Les militaires ont le droit de penser mais il y a des limites à ne pas dépasser » est non seulement inconvenant mais proprement scandaleux. C’est la marque d’une suffisance voire d’une arrogance détestables souvent attachées d’ailleurs à l’image que les Français ont de l’auteur de cette sentence. Qu’aurait dit monsieur Juppé si l’on avait appris que le général Soubelet avait caché la vérité à la représentation nationale ? Aurait-il félicité ce général d’avoir menti par omission ?

En écoutant ces propos, on comprend bien pourquoi les Français disent ne plus avoir confiance en une classe politique autiste. Ils souhaitent maintenant des chefs francs et clairvoyants, courageux et animés du seul souci de servir l’intérêt général. En considérant les militaires comme de simples exécutants muets, monsieur Juppé exprime en fait sa volonté de voir une caste politicienne conserver le pouvoir et ses prérogatives, en faisant taire les Français qui veulent ardemment sortir la France de l’impasse dans laquelle elle se trouve (…)"

Quant au général (2S) Jean-Marie Belmer, il a écrit directement à Alain Juppé pour lui dire ceci :

"(…) Cette phrase dont il est difficile d’imaginer qu’elle n’ait pas été prononcée dans un moment de défaillance, révèle, sans doute possible, votre stupéfiant mépris à l’égard de ceux des Français qui ont choisi le service des armes de leur pays. Elle adresse en outre un message affligeant d’irresponsabilité à des jeunes sur le point d’entrer dans la vie active. Une telle suffisance est absolument indigne d’un homme politique qui brigue des responsabilités nationales (…)

Votre très long passé de politicien vous aura probablement appris que tout citoyen se doit de dire la vérité à la représentation nationale. En outre, un général n’est ni en accord, ni en désaccord avec les députés de la Nation. Il leur donne tous les éléments dont il dispose pour éclairer leurs débats et leur choix le moment venu. C’est ce qui est attendu de lui. Peut-être eussiez vous menti à sa place ?

De la même manière qu’il convient de ne pas mettre tous les hommes politiques dans le même sac, un homme politique qui se respecte s’interdit tout amalgame discriminatoire. Les militaires sont des citoyens respectables. Parmi eux, vous trouverez probablement des individus critiquables mais vous ne trouverez pas de repris de justice.

Ceux dont vous attendez qu’ils ne pensent pas en dehors de certaines limites et qu’ils ferment leurs gueules, savent que le Président de la République, est le chef des Armées. Je ne me tromperai pas en disant que, comme toute la communauté militaire, ils auraient un haut le cœur à la simple idée de vous imaginer, dans un véhicule de commandement, passer les troupes en revue le 14 juillet 2017."

2 propositions pour aider les PME

Barbara Mazières, ex-chargée de mission à la tête de la fédération FN du Maine-et-Loire, publie une tribune dans Les 4 Vérités :

Images-3"Le décret d’application correspondant relatif à « l’amendement Fromantin » de la loi Croissance et Activité vient d’être publié au Journal Officiel. Cet amendement permet aux entreprises de se prêter de l’argent sans passer par les banques. Je me réjouis de ce signal très positif envoyé aux entreprises car, comme le dit M. Fromantin, « depuis la crise de 2008, la baisse d’activité, la contraction des marges et l’alourdissement des besoins en fonds de roulement ont entraîné une dégradation significative de leur trésorerie et particulièrement pour les PME ».

Il faut que nos entreprises puissent disposer d’une trésorerie suffisante, afin de faire face aux aléas du commerce, mais aussi aux besoins d’investissements et de croissance externe.

Si notre pays compte si peu d’entreprises de taille intermédiaire (ETI), notamment en comparaison avec l’Allemagne, c’est en grande partie à cause du manque de fonds de roulement et de trésorerie de nos entreprises. Car, sans trésorerie, toute croissance est délicate et peut fragiliser l’entreprise.

Je me réjouis donc de cette avancée. Malheureusement, le texte ne vas pas assez loin, car il y a trop de restrictions. Je pense que deux solutions simples permettraient d’améliorer la situation de nos entreprises. La première serait de ne fiscaliser les bénéfices d’une entreprise que lorsque ceux-ci quittent l’entreprise. Si le chef d’entreprise décide de laisser le bénéfice dans la trésorerie de l’entreprise, ce bénéfice ne devrait pas être taxé. Cette mesure simple aurait pour effet d’inciter les chefs d’entreprise à garder leur bénéfice dans l’entreprise et à augmenter considérablement leur trésorerie.

La seconde mesure serait de supprimer les droits de succession sur la transmission d’entreprises. En effet, trop de nos PME se voient rachetées par des investisseurs étrangers lors des successions et, si la succession se fait en gardant l’entreprise dans le giron familial, la trésorerie de celle-ci se retrouve largement grevée, car elle sert souvent à payer les droits de succession. Il faut enfin avoir une vraie politique en faveur de nos entreprises !"

La tentation totalitaire du multiculturalisme

Extrait  d'une tribune de Mathieu Bock-Côté dans La Nef :

Couverture281-3"[…] Il y a des limites au constructivisme. On ne saurait réduire l’humanité à sa souffrance, comme le souhaite la gauche humanitaire, non plus qu’à sa force de travail, comme le prétend la droite néolibérale, qui voudrait réduire les populations à autant de ressources humaines à déplacer selon les exigences à la fois capricieuses et fonctionnelles du capital. On ne saurait déraciner et transplanter des peuples à loisir, sans provoquer d’immenses tensions. Le déni des cultures est un déni anthropologique grave, qui conduit, à terme, à une inintelligibilité du monde semeuse de tensions et de conflits. Le déni des cultures est un déni du réel. L’impératif de l’ouverture à l’autre, qu’on présente comme la fondation éthique du régime diversitaire, bute sur deux questions : de combien d’autres s’agit-il et de quels autres s’agit-il ? Il y a un certain paradoxe à voir l’idéologie multiculturaliste chanter la diversité du monde mais amalgamer tous les peuples dans la figure de l’autre, comme s’il y avait, fondamentalement, une interchangeabilité de toutes les cultures. Dès lors, dans la mesure où aucune n’est liée à un territoire, il suffirait d’un peu de pédagogie interculturelle pour qu’elles apprennent à cohabiter. On voit à quels désastres une telle philosophie désincarnée et étrangère aux passions humaines comme à l’histoire peut conduire. L’utopisme entretient une psychologie politique particulière : lorsque l’utopie est désavouée par le réel, elle blâme ce dernier et entend durcir l’application de sa politique. Plus la société désavoue ses commandements, plus elle croit nécessaire de pousser loin l’expérimentation politique. La tentation totalitaire du multiculturalisme lui vient justement de ce constat d’un désaveu du réel. La question de l’immigration, de ce point de vue, est une des plus importantes de notre temps, parce qu’elle rappelle à sa manière la part irréductible de chaque culture, ce qui ne veut pas dire non plus qu’elles sont imperméables entre elles. La réalité désavoue cette fiction idéologique maquillée derrière la référence au vivre ensemble. On a beau chanter la multiplication des identités qui témoignerait d’une floraison des minorités dans une société ouverte à chacun de ses membres, on constatera surtout une désagrégation du corps politique, on doit surtout y voir un éclatement de la cité qui ne parvient plus à assumer une idée historiquement enracinée du bien commun. […]"

C’est arrivé un 4 mai…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 4 mai 1008 (date incertaine) : naissance d'Henri Ier, Roi de France.

Le règne d'Henri 1er est une longue suite de luttes féodales. Il perd la Bourgogne et ne gagne que le Sénonais. C'est durant cette période difficile que les évêques français proclament la paix de Dieu, puis la trêve de Dieu. Voir les chroniques du 14 mai, 20 juillet et 14 août.

  • le 4 mai 1097 : la première croisade.

Godefroy de Bouillon, à la tête des premiers croisés quittent Nicomédie et se dirigent sur Nicée (actuelle İznik), capitale du sultanat seldjoukide de Roum, leur premier objectif militaire. Le siège commence le 14 mai.

  • le 4 mai 1493 : le pape Alexandre VI fulmine la bulle Inter cætera qui partage le Nouveau-Monde entre l'Espagne et le Portugal.

Le pape décrète par la bulle Inter cætera que les nouvelles terres découvertes situées à l'ouest d'un méridien à 100 lieues des îles du Cap-Vert reviennent à l'Espagne, celles à l'est revenant au Portugal ; la bulle exclut toute terre connue déjà sous le contrôle d'un État chrétien. La bulle est renforcée cette même année par un accord entre les Espagnols et les Portugais connu sous le nom de traité de Tordesillas.

  • le 4 mai 1600 : Controverse de Fontainebleau.

A Fontainebleau, devant Henri IV, a lieu une joute théologique entre catholiques et protestants. Le Roi donne raison au cardinal Du Perron et à ses collaborateurs, parmi lesquels le futur cardinal Pierre de Bérulle et tort à Duplessis-Mornay et aux protestants. Monseigneur Du Perron affirme que toutes les citations bibliques contenues dans le livre de Duplessis-Mornay sont fausses. Il met donc au défi l'auteur d'apporter la preuve de la véracité de ces citations. La conférence se tient publiquement devant 200 personnes en présence du Roi. Du Perron relève 500 passages dans le livre de Duplessis-Mornay se référant à la Bible. Duplessis-Mornay se révèle incapable de relever le « défi ». Il est donc abreuvé des sarcasmes du Roi.

  • le 4 mai 1714 : le duc de Berry Charles meurt lors d'un accident de chasse.

Il y fait une chute de cheval et meurt brutalement 10 jours plus tard. C'est le troisième petit-fils de Louis XIV.

  • le 4 mai 1724 : élection du pape Benoit XIII.
  • le 4 mai 1794 : la colonne infernale Dutruy est au Perrier.
  • le 4 mai 1814 : Napoléon arrive à l'île d'Elbe en exil.

L'arrivée de Napoléon à l'île d'Elbe ; Gravure de Marc Sandelli, extraite de La Petite Armée de G. Daddi

Il y séjourne jusqu'à son retour en France, le 26 février 1815 (Cf. la chronique du jour). L'île, conquise en 1802 par les Français, devient partie intégrante de l'Italie en 1860.

  • le 4 mai 1877 : le frère 3 points Gambetta à la Chambre.

« Le catholicisme, voilà l'ennemi »

Note François Marie Algoud dans son livre Histoire de la perversion de l'intelligence et des mœurs. (Edition de Chiré, pages 126).

  • le 4 mai 1945 : le général Leclerc prend Berchtesgaden.
  • le 4 mai 2008 : les apparitions du Laus sont reconnues.

Concernant le message donné au Laus, la sainte Vierge dit à Benoite Rencurel :

"J'ai demandé le Laus à mon Fils pour la conversion des pécheurs et Il me l'a donné". Elle a également demandé la construction d'une grande église et de faire un pèlerinage. Ensuite, Benoite reçoit de la sainte Vierge une longue formation, en vue de sa mission : œuvrer pour faire connaître la Miséricorde de Dieu, spécialement dans le Sacrement de Pénitence. La Vierge attire également l'attention des pèlerins sur l'Eucharistie en multipliant les miracles par l'utilisation de l'huile de la lampe du Tabernacle.

FN : la purge se poursuit

Elle était issue de la Manif pour Tous. Elle avait osé exprimé en février dernier son souhait de "dialogue avec la droite de conviction" et se disait "plus proche d'un Philippe de Villiers ou d'un Thierry Mariani que d'un Jean-Pierre Chevènement".

Aux suivants.

Commentaires (21)

Doit -on attendre l'éviction de nos elus de pays de loire qui sont tous catholiques ?

Rédigé par : gipsy | 3 mai 2016 12:06:19
____________________________________

Tiens, n'est ce pas cette fameuse dame qui me disait que "non les cathos ne sont pas marginalisés au FN" et à qui j'avais promis qu'elle serais virée avant deux ans…

Rédigé par : Xiep | 3 mai 2016 12:15:12
____________________________________

La dérive sectaire antichrétienne d'un FN dénaturé bat son plein. La gauchisation effrénée choit dans une répression et une expurgation qui en dit long sur la mentalité du petit cercle tyrannique aux commandes de ce parti. Le slogan publicitaire choisi par Marine "La France apaisée" devait certainement être ironique…

Espérons maintenant que les hommes de bonne volonté voit clairement le problème grave que pose l'actuelle direction du parti mariniste. Il devient urgent, dans l'esprit du rendez-vous de Béziers, de proposer une candidature alternative au FN falsifié et à la droite molle, et unificatrice du mouvement national, sur la base des valeurs fondamentales mises en danger par l'UMPS et le FNPA : la famille cellule de base de la société, la tradition française, la souveraineté de l'Etat, les libertés réelles (scolaires, professionnelles, etc).

Rédigé par : Solange | 3 mai 2016 12:22:23
____________________________________

Mais c'est qu cela commence à ressembler à la nuit des long couteaux, çà !
La France apaisée? Crédibilité zéro.

Rédigé par : Guillaume | 3 mai 2016 12:23:38
____________________________________

La gauche (le PS) se fout pas mal des immigrés mais a besoin de leurs voix, et le FN se fout pas mal des cathos mais trouvait bien utiles leurs voix…

En fait, depuis la Manif pour tous, il semble qu'un courant néo-païen et anti-catho se soit réveillé au FN, il est vrai que le peu d'empressement des organisateurs de LMPT a accueillir les frontistes a sans doute laissé des traces !

Rédigé par : Irishman | 3 mai 2016 12:25:39
____________________________________

Marion, il vaut mieux que tu t'écartes du sulfureux "Pol Pot" qui a fasciné ta tante et n'hésitera pas à te démolir. Pense à ton avenir et à celui de la France.

Rédigé par : ed | 3 mai 2016 12:34:52
____________________________________

Doux Jésus , si ce n est pas de la purge , ça y ressemble étrangement ! Marion ??? Tous à Béziers ! Et vite ! Pour le sursaut de dignité de la France ! Donc pour rester au FN , il faut :
Etre LGBT avec la mollesse du poignet.
Pas trop catholique
Etre républicain idéologiquement
Etre progressiste sociologiquement
Détester le bonsaï ( sourire)
Possibilité d être un franc Mac

Rédigé par : Le Forez | 3 mai 2016 12:36:31
____________________________________

Il n'est pas "exclu" que tous ces gens-là créent un nouveau parti avec Robert MÉNARD.

Rédigé par : Meltoisan | 3 mai 2016 12:41:03
____________________________________

le FN est devenu un asile d'aliénés et de neuneus ou peut etre de lemmings avec philippot comme joueur de flute qui va les précipiter en beauté du haut de la falaise des franmacs

Rédigé par : salagouducro | 3 mai 2016 12:43:40
____________________________________

A ce rythme là, la prochaine personne qui risque d'être fichue dehors ce sera Marine Le PEN. Elle sert pour l'instant de tremplin pour Philippot!

Cependant du "bon" sortira de cette grande lessive qui secoue la France,préparons nous à la reconstruction.

Rédigé par : aneto2015 | 3 mai 2016 13:12:56
____________________________________

Mdr !!
Ramassis de républicains ………

Vive le Roy !!!

Rédigé par : siloe08 | 3 mai 2016 14:15:57
____________________________________

L'illusion des partis traditionnels se meurt. Tant mieux.

Rédigé par : Saint Antoine | 3 mai 2016 14:33:27
____________________________________

Non seulement il faut rétablir la guillotine pour les faiseurs et faiseuses d'anges mais en plus interdire l'utilisation de la pilule.

Rédigé par : patrick | 3 mai 2016 15:10:57
____________________________________

A continuer comme ça, le FN va se retrouver à faire ses congrès dans les quelques cabines téléphoniques qui restent encore debout.
Le chef : Phlippot
La sous chef : Marine
et puis tous les morpions qui s'accrochent à cause des sous. Faut bien vivre….

Rédigé par : Spartacus | 3 mai 2016 15:50:35
____________________________________

Marine Le Pen utilise l'obsession qu'a son père de faire le beau, lui qui l'a désignée président du FN pour que la petite affaire reste dans la famille.
Ce défilé était inutile. Jean-Marie Le Pen y a surtout parlé de lui. Les cadres qui ont assisté à cette manifestation était prévenus, qu'ils ne viennent pas se plaindre.

Rédigé par : SD-Vintage | 3 mai 2016 17:05:20
____________________________________

Le Forez,

Ce n'est pas en jurant, que vous allez nous attirer la bénédiction du Ciel.

Fonder un nouveau parti à Béziers ? un parti catholique, un vrai ? un qui sera désavoué dans les trois heures par "l'épiscopat-qui-est-en-france", pour des raisons de copyright patoralo-liturgique ? (tout est pastoralo-liturgique pour un certain clergé d'éthnarques clérgifiants )

Il faudrait que les catholiques soient sérieusement catholiques pour que cela voit le jour et qu'ils soient préparés aux quarantièmes rugissants.

comment ce monsieur philippot joue un tel rôle dans ce parti "front national" ? aucune idée, bien plus aucune envie de le savoir, les heures passent et la crédibilité s'en éloigne à la vitesse du vent.

Rédigé par : du schnoque | 3 mai 2016 17:22:55
____________________________________

Tous à Béziers, les GOllnish, Marion, Arnautu, et tous les virés du FN, Parti de la France, etc ceux des LR qui ont encore un soupçon d'honnêteté, Tous là-bas

Rédigé par : gaudete | 3 mai 2016 17:28:25
____________________________________

@ SD-Vintage, Barbara Mazières n'était pas au rassemblement du père, elle était en Maine-et-Loire cette journée là.

Rédigé par : Golo | 3 mai 2016 17:48:37
____________________________________

Pari fait à mes proches depuis des mois : Marine finira "purgée" par Philippot. Et ce ne sera que justice !

Rédigé par : jeanne | 3 mai 2016 19:47:38
____________________________________

Ni droite, ni gauche… bof, sectaire comme les autres.

Rédigé par : JEJ | 3 mai 2016 20:33:32
____________________________________

Du chnoque, plutôt une interjection ou un appel au Ciel comme témoin devant tant de folie et si tout le monde " jurait " ainsi l état d esprit ambiant serait bien différent….
L opinion de l église de France ? Comment vous dire….les potentats dont le premier d entre eux appartient à la fm , et d autres aussi , hê bien , je m en moque et disons le tout net , ce catholicisme façon Vatican deux n existe plus . Ne reste que du vernis . De là à ce que le renouveau catholique passe par le milieu laïc , je ne serai pas etonné car il. Est malheureusement de plus en plus difficile de se tourner vers des prêtres tradis peu nombreux malgré un regain récent . Notre seule arme , le St Rosaire , la prière et la formation spirituelle tradi. Et la transmission de ce trésor.

Rédigé par : Le Forez | 3 mai 2016 22:06:19
____________________________________

250 000 euros le réfugié

La Commission européenne impose l'immigration pour tous :

"La Commission européenne propose que les pays qui refuseront de prendre des « réfugiés », selon les règles qui entrent en vigueur demain mercredi, soient soumis à une amende. Selon le Financial Times, cette amende serait de 250.000 € par réfugié refusé. Sic.

On sait que la Hongrie et la Slovaquie ont attaqué le plan de répartition par quotas devant la Cour européenne de Justice. A la Commission européenne, on fait savoir que le verdict de la Cour ne pourra pas affecter les décisions prises…

En outre, ce mercredi, la Commission européenne devrait recommander la fin des visas pour les ressortissants turcs, alors même que la Turquie ne remplit pas les critères, selon la Commission elle-même."

Bernard Antony souligne la lourde responsabilité de Jean-Marie Le Pen

Sur son blog :

"Comment Le Pen peut-il faire comme s’il n’avait pas dictatorialement imposé sa fille à la tête du mouvement ?

Comme s’il n’avait pas impitoyablement éliminé ceux qui lui paraissaient suspects d’entraver sa décision ?

Comment reprocher à sa fille, dans son extraordinaire continuité mimétique, de pratiquer exactement ses méthodes ?

Comment ne se souvient-il pas du bureau politique réuni à l’ouverture du congrès de Nice ?  Et de ce qui se passa à l’université d’Orange ? Et de ses sarcasmes contre ceux qui manifestaient contre le pacs ? Et de son animosité contre ceux qui n’approuvaient pas la campagne de Marine pour le maintien de la loi Veil qu’elle appuyait par son livre « À contre-flots » ? Et de ses quolibets à l’égard de B. Gollnisch, « le propre d’un dauphin n’est-il pas de s’échouer » ?

Cela bien sûr c’est du passé, politiquement sans grand intérêt. Bien sûr, je vois bien, je sais bien ce qui unit la plupart de cette diversité groupusculaire qui l’entourait en ce triste 1er mai. Mais ce qui vraiment me fascine c’est la capacité d’amnésie de certains ! Pour reprendre quel flambeau ?"

La progression de l’UOIF en France

Joachim Véliocas était interrogé le 29 avril sur Radio Courtoisie au sujet de son dernier livre, Les Frères musulmans dans le texte. Il parle des musulmans "modérés" de l'UOIF, tels Tareq Oubrou, imâm de Bordeaux, et son acolyte, qui se font passer pour des républicains, tout en disant appartenir à l'internationale islamiste des Frères Musulmans, et de Camel Bechickh, président de l'association Fils de France .

 

Un deuxième extrait de l'émission, avec des révélations sur les profs de l'UOIF dans leurs collèges-lycées :

 

La Manif Pour Tous perturbe le meeting de Bruno Le Maire

A Versailles :

"Ils étaient une poignée mais ont réussi à perturber le meeting de Bruno Le Maire, lundi soir, à Versailles. Discrètement installés dans le Palais des Congrès, les partisans de la Manif pour Tous ont attendu leur heure pour prendre la parole. En l’espace de quelques échanges verbaux plutôt musclés, l’affaire a tourné au quasi-pugilat avant que le député de l’Eure ne parvienne à reprendre la parole et le cours de la soirée.

Fabien Bouglé, conseiller municipal d’opposition de Versailles Famille Avenir, proche des anti-mariage gay, a, lui aussi, échangé quelques propos assez vifs avec le candidat. « Bruno Le Maire, c’est un cas particulier. Il a insulté par voie de presse tous ceux qui veulent revenir sur la loi Taubira. Dès que nous avons appris sa venue, nous nous sommes mobilisés pour l’accueillir à notre manière », explique-t-il. […]"

Débarquée de ses fonctions au FN pour avoir affiché trop clairement des convictions pro-famille

Communiqué de Barbara Mazières suite à son éviction de son poste de chargée de Mission départementale du Maine et Loire

Image003"Venue du Rassemblement pour la France de Charles Pasqua et Philippe de Villiers, j'avais rejoint le Front national, persuadée qu'autour de Marine Le Pen pourrait s'agréger la droite patriote, pour sortir enfin notre patrie de l'impasse où l'ont conduit le socialisme et l'idéologie soixante-huitarde.

Militante de la Manif pour tous, j'avais notamment apprécié la clarté de la position officielle du FN, qui réclamait clairement l'abrogation de la loi Taubira.

Attachée aux libertés économiques et à la défense de nos PME, j'étais certes souvent mal à l'aise avec les déclarations de certains transfuges de la gauche, réclamant toujours plus de dépenses publiques et d'assistanat, mais je me disais que cette diversité de points de vue était le lot de toute structure politique et, sans rien renier de mes convictions, j'ai ainsi joué loyalement le jeu, reprenant la tête de la fédération du Maine-et-Loire dans des conditions difficiles, à la veille des élections régionales. De l'avis général, nous avons réalisé une excellente campagne, aux côtés de Pascal Gannat, avec lequel je partageais ces convictions de droite et nous préparions les prochaines échéances électorales en mettant la fédération en ordre de bataille.

Je viens d'apprendre par Jean-Lin Lacapelle, chargé des fédérations, que j'étais "débarquée" de mes fonctions, pour avoir affiché trop clairement mes convictions pro-famille. J'ignorais que la ligne politique du FN sur ces questions avait changé, mais il est vrai que les récentes déclarations de M. Philippot sur la "culture du bonsaï" et de Mme Montel sur la "sanctuarisation" de l'avortement me l'avaient laissé supposer. Un article du Salon Beige a été incriminé ainsi qu’un pseudo retweet (retweeter ne veut pas dire approuver).

Je prends acte de ce changement de ligne. Mais je le regrette profondément. J'ajoute que, politiquement, c'est un très mauvais calcul: pour complaire à des lobbies archi-minoritaires (même s'ils sont bien représentés dans les médias et l'oligarchie), le FN déclare aux centaines de milliers de catholiques de conviction et de Français de la "droite hors les murs" qu'il refuse de les entendre et de porter leur voix. En choisissant cette ligne politique, non seulement M. Philippot et ses amis interdisent à Marine Le Pen de gagner en 2017, mais ils sont peut-être même en train de lui fermer la porte du second tour.

Pour que nos convictions soient défendues en 2017, il ne reste qu'un espoir: que la droite de conviction pèse suffisamment dans le débat public d'ici les présidentielles, à l'occasion du rendez-vous de Béziers et ailleurs, pour forcer l'ensemble des partis de droite à reprendre son programme… ou qu'un candidat ou une candidate se lance pour porter nos valeurs en dehors des structures partisanes actuelles."